Le terrain

Le terrain

mardi 5 juillet 2016

Ca sent bon la terre!! (quoique)




Dès le lundi soir, l'équipe arrive pour entamer la première semaine de chantier...
Ils ont eu vent de notre chantier par internet, soit sur le site de twiza, de botmobil, de passerelle éco ou par le bouche à oreille...















Première matinée : visite du chantier, et organisation...

Certains viennent pour apprendre et découvrir, d'autre en vue de reconversion, d'autres plus experts viennent offrir un precieux coups de mains...

Les différents postes  : 
-production de la couche de corps
- stand tondeuse pour hacher la paille et le foin.
- l'approvisionnement
-et étalage la couche de corps
- l'intendance...



c'est la patouille...
on a trois bétonnes dont deux "grosses" (150 L)...
















La production de l'enduit terre : " la couche de corps"...
un mélange de terre, paille, foin, copeau de bois, sable et eau...
Tout un mélange qui se crée en fonction de la teneur argileuse de la terre utilisée...




La coin tondeuse :  On hache la paille et le foin pour l’intégrer dans le mélange...
























Quand le mélange est prêt, on l'applique sur les murs...



Ce mur Nord Ouest est destiné à être bardé...seul une mince de couche de corps suffit pour protéger la paille.







Après avoir étalé la couche de corps, on lisse l'enduit










Séb vérifie l'aplomb ...

En trois semaines, presque toute la maison a été enduite intérieure et extérieure...
A l’extérieur la couche de corps est composée de 20% de chaux, tandis que pour l’intérieur nous ne rajoutons pas de chaux au mélange.
Et voilà, ça a été une expérience très sympa, et je me rappelle de Typhaine qui me parlait de lui laissé dans son carnet une recette ou autre petit mot...
Alors voici un petit texte que vous m'avez inspiré...
bonne route à tous et a bientôt...


 Tout un voyage                     


Recette de ces trois semaines de chantier participatif :

Pour commencer récolter un bon groupe
 de 10 personnes tourné vers le même objectif,
paré de son courage, ses mains,
son cœur et  de l’intérêt a souhait.

Tremper ce groupe dans des seaux 
de terre argileuse bien mélangés 
à de la paille, du foin et de l’eau 
durant deux semaines c’est l’idéal.
Y ajouter une voute constellée 
de feuille comme nappage 
(cela constitue comme une bulle 
forestière toute particulière assez
 propice au bon mélange des ingrédients).

Ajoutons a cela une foule de petits mets
 plus délicieux les uns que les autres : 

Des guitares expertes aux sons plutôt voyageurs,
De l’humour pour faire sonner les rires,
Une pincée d’émerveillement, 
du partage,
Plusieurs louches de sueur, 
Du bruit pas mal,
Des Didgeridoos pour continuer 
à vibrer en soirée,
Un jeu de palet
Plusieurs litres de bières,
Des massages d’experts
De timide pas de danse
Du café en profusion,
Beaucoup de joie, 
De reconnaissance aussi,
De l’énergie, 
et un peu de fatigue ça va de soi…
Et la touche inévitable 
qui sublime le tout  : 
des questionnements sur 
toi, moi, un toit ?

Des imprévus insolites peuvent
 éventuellement être rajouté au menus :
Soirée sur la plage, 
petit tour en bateau,  
ou autre rencontre de chevaux …







Je vous remercie tous très fort pour votre aide !

Et comme dirait l'Autre, "le rêve d'une personne n'est qu'un rêve mais le rêve de plusieurs personne est le début de la réalité..."

 








jeudi 11 février 2016

Oyé Oyé...Chantier participatif Terre en vue!!


On se prépare aussi pour le chantier participatif :

Chantier participatif enduit de corps
terre et terre chaux, intérieur et extérieur

Du 17 au 28 mai 2016

Et

Du 30 mai au 5 juin 2016-01-26

On demande une participation de 10 jours à chaque fois ce qui est un grand temps, on s’en rend bien compte, mais cela permet vraiment de pouvoir se sentir mieux ensemble et que cela soit un retour efficace pour nous  et pour vous en terme de compréhension et apprentissage.
Emplacement de tente, douche extérieur (on vous met la photo parce qu’elle est belle et participative), cuisine extérieur, comme pour les chantiers paille ou malgré le froid du mois de octobre, on a pu passé un bon moment ensemble. Vélo dispo, plage pas loin, bière locale, bonne ambiance…
Vous n’hésiterez pas à nous demander plus de précisions….
Et comme dirait Christophe, si vous avez besoin de rien vous pouvez toujours nous appeler…






Hiver...Le chantier rallenti mais ne molli pas!!

 
Bon, l’hiver avance et c’est pas que l’on fait rien mais c’est quand même beaucoup moins visuel.

C’est d’ailleurs une partie qu’il faut penser en tant qu’auto-constructeur à appréhender tranquillement et persévérance. Pour le moral cela peut ne pas être évident. Tout d’abord tout le monde part,  après les chantier participatifs y’a comme un vide et le chantier avance moins vite. Et puis une fois que le gros œuvre est fini c’est moins impressionnant en progression.

Mais cela reste le chantier et personnellement, cela me fait du bien aussi de faire tout seul et de me retrouver avec mes pensées et mon rythme. Et puis y’a tellement de matière à faire que je ne m’ennuie pas…

Au mois d’octobre, On s’est fait donc trois semaines de pause avant de reprendre les travaux. Il a fallu partir pour déconnecter complet. Une fois les chantiers terminés c’est l’emballage de la maison, pour protéger la paille contre les intempéries. Trois jours auront été nécessaires. Puis les vacances, merci à  Michel resté là sur place  pour avoir l’œil de temps en temps, ce qui permet d’être complétement serein.


Après les vacances, on a repris par l’isolation de la toiture de ce qu’on a appelé garage.
Avec une bonne fenêtre météo on a démarré. De toute façon on avait tout ce qu’il nous fallait en appro vue que cela se résume à paille et bois..
vue ds le garage
vue de dessus du toit







Pour un gain de temps certain, on n’a pas paillé le pignon du mur. On fait cela maintenant et par au dessus, ce qui est beaucoup moins fastidieux. Pas de coupe de botte avec l’angle et de difficulté pour enfiler la botte. La y’a juste à poser, arracher le surplus avec les mains et passer le coupe bordure pour pouvoir fermer avec la volige, un vrai bonheur. Si j’avais su j’aurais bien fait ça partout… bien entendu c’est faisable parce qu’on a pas de petite pente de toiture par chez nous… vous voyez même si c’est pas explicite avec les photos.
La tache noire sur la lisse c’est un film bitumineux sur les équerres métalliques pour éviter les points de condensation dans l’isolant.








On a tout d’abord posé le fermacell en sous face.
Les lignes blanches à droite, c’est le silicone d’étanchéité sur les caches moineaux.





Bien agréable quand les arba-chevrons sont bien calpinés et que la botte rentre parfaitement. Pour une botte de 45 cm, on a mis 47 cm entre la structure et c’est pile poil. Attention à ne pas pousser trop fort le fermacell en dessous, sinon c’est ligne droite vers des difficultés d’accroche de la sous face… y’a moyen de tout faire tomber…
Cela nous fera une isolation toiture à 35 cm, on a mis 36,5 cm d’épaisseur pour accueillir les bottes.

une fois à cette étape y’a plus qu’a passer un coupe bordure avec un fil plastique et c’est joué pour poser la volige.


 
Quelques couts de marteau et c’est fini…

Bilan :
En tout, il nous aura fallu 6 jours de travail tout seul avec une personne en renfort pour poser le fermacell, et re-bottelage à dimensions de la moitié des bottes soit 18, j’ai nommé Morgane et une personne en coupe de longueur volige, j’ai nommé Michel… sans se presser et avec des horaires pas trop soutenu…
Il s’est avéré que même avec une grande vigilance, on a poussé un peu les fermacell. Ce que je préconise, soit on met les bois comme sur la photo avant de poser la paille afin de dés le début s’assurer le cout. Les vis de fixations sont dans la valeur de l’enduit. Soit, il faut faire une structure avant la sous face en parallèle au arbachevron qui va elle supporter la poids de la paille. Il faudra remplir l’épaisseur pour ne pas avoir de vide d’air entre la paille et le fermacell.
Sinon c’est bien.



Voilà, on entreprend maintenant après les fêtes, de finir la pose des pré cadres de menuiserie et pose d’appui de fenêtre. Création du regingeot des portes fenêtres et anticipation des seuils qu’on ne sait pas encore comment qu’on les fait…. !

Morgane prépare la pose de l’électricité.
Devis pour les fenêtres que l’on aura pas pu récupérer sur le bon coin…
On attend le feu vert pour la récupération de tuile et gouttière sur un ancien hôtel qui va se faire rénover avant de faire le litonage accompagné par bubulle pour tout ce qui sera de la toiture.
L’isolation toiture est passé de ouate de cellulose a panneau de fibre de bois avec l’opportunité d’un achat groupé avec les castors de l’ouest qui ne faisait pas une grande différence de tarif en final.

Gildas est venu pour nous donner un bon coup de main après sa formation de charpentier.
6 Cloisons garage,
7 compléments de solivage
8 cette semaine on a fait du saucisson de paille ou poupée qui nous permettent de créer des accroches d’enduit sous les toitures entre chevrons de ressortis et compléter l’isolation sur des endroits précis. On les accroche ensuite avec des clous galva que l’on reprend judicieusement avec le fil de cerclage de botte.


Le moral est toujours là, la tendinite au bras droite lié à l’activité intense de grosse meuleuse pendant les chantiers participatifs pour la découpe des bottes aussi, on prend du temps pour s’investir en local, va falloir penser au jardin, les enfants sont toujours aussi à fond et nous bien avec eux… les actualités (merci Joe pour les reportages de Calais,) l’accueil des réfugier syriens dans notre commune, les migrations qui ne font que commencer, nous font poser plein de questions sur ceux et ce qui nous entoure, les essentialités de la vie…  Pourvu que les choses s’adoucissent.

mardi 20 octobre 2015

Les murs se finalisent...

 Troisième et dernier acte:





La double lisse avec l'isolation en pouzzolane
Chaque botte de paille est liteaunée

Lydia et Christian




        Le record de la saucisse de paille : 7 m!



Ismael à l'étage




Dans le triangle on installe des plaques de fermacell pour éviter de faire un enduits entre les liens, mai aussi pour augmenter l'étanchéité à l'air.
la couche de corps vient recouvrir la fermacell et crée ainsi une chicane ...
coté foret...


 Durant le chantier, chacun expérimente les différentes places (rebottelage , mise en place des bottes, fabrication des saucisses, rebouchage...etc)

Christian au recalibrage de bottes
Ewen paufine son plongeon ds la paille

Ismael et Lydia posent les bottes



Yohan



Amandine et Vincent à la réalisation de saucisses


Seb persuade pendant qu'Ismael fixe les liteaux

Merci beaucoup a Vincent, Amandine, Lydia, Christian, Ismael, et Johan


on a reussi a finir...
Bravo...il était temps avant le froid...
Bravo aussi pour avoir résisté aux moustiques plutot agressifs 

spécial remerciement aussi à Tad et Mamic, venus s'occuper de l'intendance et des enfants...
Chouette dernière semaine avec une belle énergie et Vive la paille!